Recherche

La firme de consultants qui avait été retenue pour réaliser le mandat d’étude du potentiel de marché halal a complété sa recherche pour identifier le marché. Elle a sondé de nombreux intervenants au Québec, en Ontario et sur la côte est américaine où se retrouve la majorité de la population musulmane en Amérique du Nord. Des entrevues téléphoniques et en personne ont été effectuées auprès de boucheries, abattoirs et grossistes.

L’intérêt pour le lapin est présent dans les populations du bassin de la Méditerranée (les pays du Maghreb), malgré une baisse marquée de l’intérêt pour le lapin depuis leur arrivée sur notre continent. Les populations musulmanes plus à l’est (Afghanistan, Pakistan, Inde, etc.) n’ont pas d’intérêt pour la consommation de viande de lapin puisque, culturellement, cet animal ne fait pas partie de leur folklore.

La recherche a malheureusement confirmé qu’il n’existe aucun intervenant majeur (abattoir ou grossiste) qui souhaite organiser la distribution de viande de lapin de type halal puisque les cibles de prix sont très différentes. Pour les musulmans, le prix est souvent un des critères les plus importants dans le choix d’une viande plutôt qu’une autre.

La firme de consultants considère notre produit comme haut de gamme, de qualité supérieure, tout comme le canard, la caille et les viandes de gibier. Elle recommande plutôt de travailler à développer ce type de marché ainsi que celui de la restauration et des traiteurs.

Le Syndicat tient à remercier spécialement M. Jean-Pierre Kack qui a piloté le dossier avec la précieuse collaboration de M. Jacques Thérien, producteur retraité depuis peu. Enfin, il est important de souligner que cette étude a été réalisée avec le support financier du Programme canadien d’adaptation agricole du gouvernement canadien, programme administré par le Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ).

Bientôt, une copie du rapport final de cette étude sera disponible sur le site Internet du Syndicat. De plus, une présentation sommaire de l’étude sera faite lors de l’assemblée générale annuelle ainsi que des copies seront disponibles pour les producteurs qui en feront la demande.